REGLEMENT ENDURANCE TOUT-TERRAIN 2016

I. DEFINITION

Comme le nom l’indique, les épreuves endurance tout-terrain sont des épreuves de résistance, pour les pilotes et les machines : elles se déroulent sur des terrains qui reprennent atténuées, les difficultés rencontrées habituellement en cross et en enduro, et ce, sur une ou deux motos, ou sur des quads (dans les cas d’épreuves réservées uniquement à ce type d’engin).
NOTA: Les épreuves inscrites sous l’appellation « Ronde » ne comptant pas pour le Championnat de Bretagne d’Endurance Tout Terrain, les règles techniques et financières (§ XXIV) seront identiques à la discipline de la commission spécialisée.

II. EPREUVES

Le Championnat de Bretagne d’Endurance Tout-terrain se déroulera sur toutes les épreuves de 5 heures ou 3 heures inscrites au calendrier LMRB 2016. Pour les épreuves de quads, le règlement des épreuves motos sera appliqué, sauf ce qui concerne le tarif d’engagement.qui sera fixé par le club organisateur.

III. REGLEMENT PARTICULIER

Celui-ci précise les caractéristiques de chaque épreuve, entre autres : dates et lieu, dénomination, horaires et durée de la course, montant de l’engagement, catégories admises, nom des officiels, police d ‘assurance…
Aucune de ces clauses ne peut être contraire aux spécifications des règlements F.F.M.
Concernant les équipages Jeunes de 12 à 14 (inclus) se reporter aux règles techniques et de sécurité complémentaires de la discipline endurance tout terrain de la FFM. Les équipages jeunes de 12 à 14 ans (inclus) ne peuvent être constitués que de pilotes jeunes de 12 à 14 ans.
Les clubs organisateurs peuvent se dispenser de reprendre tous les articles du présent règlement dans la rédaction de leur règlement particulier ; dans ce cas, ils devront mentionner que “ les différentes prescriptions des règlements régional et national sont obligatoires ”.
Aucune modification ne pourra être apportée au règlement particulier après l’ouverture des engagements, sauf après accord de tous les concurrents déjà engagés ou sauf décisions des commissaires sportifs pour des raisons de force majeure ou de sécurité.

IV. NORMES DES TERRAINS

Aucun terrain ne peut être homologué si la largeur de la piste sur l’ensemble du circuit ne permet pas le passage de deux motos de front.

Le développement de la piste doit être tel que, toutes normes de sécurité respectées, l’on n’ait pas moins de huit minutes par tour pour le meilleur équipage. Pour faciliter le pointage, cela ne doit pas être inférieur. Les organisateurs doivent réglementer le nombre d’engagés en fonction de la configuration de leurs circuits. Pour des raisons de sécurité, le nombre d’engagés sera limité à 200 équipages (5 Heures) ,ou 200 pilotes (3 Heures). L’avis du délégué sera prépondérant.

V. TERRAINS ET CLUBS

Le tracé du terrain sera inspecté par un délégué de la Commission d’Endurance avec les représentants du Club organisateur dans un délai de trois semaines avant l’épreuve ; une seconde visite pourra être effectuée si cela s’avère nécessaire.

VI. AMENAGEMENTS

D’une façon générale, il convient d’installer une zone départ-arrivée d’une superficie suffisante pour juxtaposer :

  • les stands disposés si possible en ligne droite
  • la ligne de départ permettant de donner celui-ci en ligne droite
  • le poste de pointage-chronométrage avant les stands .Prévoir le branchement de la boucle devant le poste de chronométrage.
  • le poste de secours (la présence d’un médecin sur le circuit est obligatoire à partir du moment où les machines sont sur la piste, essais et course)
  • le poste incendie
  • le parc technique Prévoir un abri couvert .pour la délivrance des transpondeurs
  • le parc fermé d’arrivée…

Tout mouvement de machine en dehors de la piste doit s’effectuer moteur arrêté.
La sonorisation doit être suffisamment efficace pour être audible depuis le parc coureurs, les stands, le pointage-chronométrage et la ligne de départ
Le balisage ne devra jamais être assuré par du feuillard d’emballage ni ficelle synthétique de lieuse pour des raisons de sécurité.

VII. SIGNALISATIONS

Les concurrents doivent impérativement respecter les drapeaux mis en place par l’organisation, à savoir :

  • DRAPEAU ROUGE : arrêt absolu et immédiat
  • DRAPEAU JAUNE : attention danger
  • DRAPEAU VERT : voie libre
  • DRAPEAU BLEU : signal de dépassement, tenir sa ligne
  • DRAPEAU NOIR + N° : arrêt immédiat pour la moto portant ce numéro
  • DRAPEAU BLANC : attention service de secours ou ambulance sur le circuit
  • DRAPEAU DAMIER noir et blanc : signal fin de course

A l’entrée et à la sortie des stands un panneau STOP sera implanté pour faciliter la remise des médailles Ces médailles doivent être remises à l’entrée des stands au pilote rentrant. La remise à une tierce personne est interdite.

Pour sortir des stands le pilote doit remettre la médaille au préposé responsable de la sortie.

VIII. ORGANISATEURS

Seuls sont reconnus organisateurs les clubs affiliés à la FFM ; ils sont responsables vis-à-vis de la FFM de l’organisation générale de leur épreuve.

IX. OFFICIELS

Le contrôle de la partie sportive de l’épreuve est dévolu au Directeur de Course proposé par le club et confirmé par la Commission d’Endurance, assisté de Commissaires Sportifs et Commissaires de Route. Il est rappelé que le directeur de course ne doit pas appartenir au club organisateur.
Un délégué désigné par la Commission d’Endurance sera présent sur toutes les épreuves du Championnat et hors championnat, et il rédigera un rapport de délégation communiqué à la Ligue, à la Commission et au club. Son travail consiste à observer, conseiller et concilier sans prendre de décisions sur le terrain, car juridiquement les responsabilités sont assurées par le Directeur de Course et le Club organisateur. Il doit cependant lors des épreuves veiller à la juste application du règlement du Championnat et prendre les mesures à cette fin.
Le club organisateur devra servir un repas chaud à tous les officiels.